top of page

Originaire des Laurentides, Geneviève Dagenais est une artiste sculpteure basée à Montréal (Tiohtià:ke). Elle détient un Baccalauréat en Arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2022) où elle reçoit le Prix d’excellence Thomas Corriveau et Mario Côté ainsi qu'une bourse du Fonds de la Faculté des arts. Son travail a été présenté à Artch en 2021 où elle reçoit le Prix Coup de cœur Loto-Québec, puis à Arprim (2022) où elle obtient le prix pour la relève Albert-Dumouchel qui s’accompagne d’une résidence à L’imprimerie centre d'artistes. Son travail a été soutenu par le CALQ – Conseil des arts et lettres du Québec puis exposé à l’occasion de multiples expositions collectives, notamment à Circa Art actuel, au Centre d'art Diane Dufresne, à Espace sensible à Gatineau, à la Galerie de l'UQAM, à Fais-moi l’art, à la Place des Arts de Montréal et au Livart.

 

Plus récemment, elle réalise une résidence à l’Atelier Silex comme artiste membre-Circa sélectionnée. En 2024, elle présente des œuvres issues de ses dernières recherches à la Galerie Cache à l’occasion de son exposition À marées latentes en duo avec l’artiste Alice Zerini-Le Reste.

 

Appuyée par la Bourse Dale & Nick Tedeschi Studio Arts Fellowship, elle entame son Master of Fine Arts (Sculpture and Ceramics) à Concordia à l’automne 2024.

Portrait Geneviève.jpg

Ma pratique s’appuie principalement sur le façonnage et le moulage pour aborder l’empreinte, la trace et la disparition. À la recherche d’un équilibre poétique né de la rencontre entre le sujet traité et la matérialité, je donne corps aux différentes manifestations formelles de ce qui a été et de ce qui reste. En privilégiant le travail de la céramique, de la cire et du textile, je reconsidère les savoirs faires techniques rattachés aux métiers. L’utilisation de ces matières me permet d’investir leurs potentialités et contraintes matérielles pour évoquer la fragilité du vivant.

En approchant l’art comme espace de recueillement, j’aborde la création à la manière du deuil, dans un espace flottant, entre réalité et chimère. Mes propositions dépouillées d’artifices se manifestent dans un langage plastique sobre et vaporeux. Je réfléchis à l’espace sculptural, aux vides qui répondent aux pleins puis à la manière dont la matière accueille l’empreinte, qu’elle la retient ou qu’elle l’efface. Je suis attentive à la physicalité de l’objet, aux structures et armatures qui les portent ainsi qu’à sa potentielle fragmentation et déconstruction dans l’espace.

Autour des grands thèmes de l'évanescence et de la corporalité, la sculpture me permet de transcrire des fragments passagers et muables l’expérience humaine et de la portée du temps sur l’existence. ​Le charnel, la mémoire, le perceptible et l'inintelligible s’entrecoupent pour donner corps aux liens sensibles qui lient forme et matière. Je sillonne les charges affectives portées par les corps, les textiles et les objets dans une perspective anthropomorphique et existentialiste. Mon travail se manifeste dans un rapport charnel à l’existence.

Contactez-moi

bottom of page